-tonie


-tonie

-tonie Élément, du gr. tonos « tension ».

élément, du gr. tonos, "tension".

⇒-TONIE, élém. formant
Élém. tiré du gr. « tension » et « ton », entrant dans la constr. de subst. fém. appartenant pour la plupart aux domaines de la méd. et de la mus.
A. — [Au sens concr. de « tension »] MÉD.
1. [Le 1er élém. caractérise la tension] V. catatonie, dystonie (s.v. dys-), hypertonie, hypotonie, isotonie et aussi:
amphotonie. ,,Coexistence d'une sympathicotonie et d'une vagotonie`` (Méd. Biol. t. 1 1970). Hypoamphotonie, dér. ,,Diminution du tonus des deux systèmes vague et sympathique`` (GARNIER-DEL. 1972).
eutonie. ,,Technique de contrôle et d'harmonisation du tonus`` (VIREL Psych. 1977).
paratonie. 1. ,,Paralysie caractérisée par un état hypertonique d'un groupe musculaire et un état hypotonique des antagonistes`` (Méd. Biol. t. 3 1972). Dupré avait défini une « débilité motrice constitutionnelle », (...) « une variété d'hypertonie musculaire diffuse, en rapport avec les mouvements intentionnels et aboutissant à l'impossibilité de réaliser volontairement la résolution musculaire », ce dernier caractère (paratonie) se présentant comme une catatonie où le muscle se contracte dans la mesure de l'effort volontaire pour le relâcher (MOUNIER, Traité caract., 1946, p. 203). 2. ,,Trouble de la contraction musculaire dans lequel la contraction a tendance à s'accroître et le segment de membre intéressé à conserver momentanément une attitude qu'il avait prise antérieurement`` (Méd. Biol. t. 3 1972).
2. [Le 1er élém. désigne le corps ou une partie du corps]:
angiotonie. Synon. de vasotonie. (Ds Méd. Biol. t. 1 1970).
antrotonie (antro-, du lat. antrum « antre, creux ».) ,,Augmentation du tonus de la paroi de l'antre pylorique`` (Méd. Biol. t. 1 1970).
myotonie. ,,Lenteur et difficulté de la décontraction musculaire au cours des mouvements volontaires, les mouvements passifs étant libres`` (GARNIER-DEL. 1972). Hypomyotonie, dér. ,,Diminution de la tonicité musculaire`` (Méd. Biol. t. 2 1971). Paramyotonie, dér. Paramyotonie (congénitale). ,,Affection héréditaire et familiale, apparaissant dès la naissance, se manifestant par une raideur spasmodique et douloureuse (tête et cou, membres supérieurs)`` (GARNIER-DEL. 1972).
pupillotonie. ,,Perturbation de la motilité pupillaire avec extrême lenteur à la décontraction`` (GARNIER-DEL. 1972).
somatotonie. ,,Type psychologique caractérisé par la prédominance des fonctions musculaires et de l'activité`` (SILL. Psychol. 1980). Par des recherches d'une précision admirable, il [Sheldon] a pu nettement établir l'existence de correspondances entre viscérotonie et endomorphisme, somatotonie et mésomorphisme, cérébrotonie et ectomorphisme (DELAY, Psychol. méd., 1953, p. 155).
vasotonie. ,,Tonus des vaisseaux sanguins`` (MAN.-MAN. Méd. 1980). Synon. angiotonie.
viscérotonie. ,,Un des types psychologiques (...) caractérisé par la prédominance des fonctions digestives`` (SILL. Psychol. 1980). V. supra somatotonie ex.
En partic. [En parlant du système nerveux] Excitabilité (du système nerveux désigné par le 1er élém.). V. neurotonie (s.v. neur(o)-), vagotonie et aussi:
cérébrotonie. ,,Composante tempéramentale (...) dans laquelle prédominent la tension nerveuse, le doute et l'inhibition`` (SILL. Psychol. 1980). V. supra somatotonie ex.
parasympathicotonie. Synon. de vagotonie. (Ds GARNIER-DEL. 1972).
sympathicotonie. Excitabilité du système sympathique. Cette attitude est plus qu'une attitude sociale, c'est une manière d'être avec le monde, avec les choses et les événements aussi bien qu'avec les hommes. On y analyse des composantes de sympathicotonie, d'hyperémotivité, une insuffisance du pouvoir modérateur frontal, mais elle forme cependant un tableau psychique homogène (MOUNIER, Traité caract., 1946, p. 346).
B. — [Au sens de « ton, tonalité, mode musical »]
1. MUSIQUE:
amphitonie. ,,Emploi d'accords semblables appartenant à deux tonalités`` (BRENET Mus. 1926, p. 267). Synon. équivoque. [Le changement de ton, en musique] s'opère aisément lorsque les deux accords qui se succèdent ont une note commune, permettant l'équivoque ou amphitonie (BRENET Mus. 1926, p. 62).
bitonie. Que faut-il donc pour qu'il y ait véritablement bitonie? Il faut que les 2 termes de la fausse relation d'octave soient entendus simultanément (DUPRÉ, Improvis. orgue, 1925, p. 25).
homotonie. Remarquons que ce signe représente en réalité un « Ut double dièse »; or, dans beaucoup de variétés du chromatique ce son ne se confond nullement avec Ré. Il n'y a donc pas là une homotonie absolue (REINACH, Mus. gr., 1926, p. 169, note).
polytonie. ,,Présence de la corrélation mélodique, soit des voyelles, soit des mots dans un système phonologique`` (VACHEK 1960).
Prononc.:[-]. Bbg. QUEM. DDL t. 15 (s.v. sympathicotonie), 29 (s.v. paratonie).

Élément du grec tonos « tension ».

Encyclopédie Universelle. 2012.